0
produits dans votre panier
Total:   0.00 € details
Il n'y a aucun produit dans votre panier !

Visit the shop

Terra 6840 n’est pas un Côtes du Rhône comme les autres ! C’est l’histoire d’une rencontre entre deux passionnés du vin, Olivier Vetsch et Yvon Gerard avec une artiste anti-conformiste, Ara Starck.

Ara Starck raconte cette aventure :

« Tous les projets sur lesquels j’ai travaillé jusqu’à présent sont nés d’une rencontre. Je suis bien consciente que c’est un luxe mais je n’ai encore jamais travaillé avec des gens que je n’aimais pas.

Yvon, je l’ai rencontré à l’occasion de mon exposition « Alter Familia ». C’est lui qui a acheté mon premier tableau ! Et puis un second et puis un fusain dans une autre exposition. Il a toujours été attentif à mon travail, que ce soit la peinture ou la musique. Et de fil en aiguille, on a tissé une relation particulière, empreinte d’amitié et de respect. J’aime ce qu’il reflète.

Et puis un jour, il m’a appelée en m’annonçant « que son rêve venait de se réaliser… ». Avec son ami Olivier, il venait d’acheter une propriété viticole dans le Gard. Tous les deux rêvaient de donner à ce vin de terroir un supplément d’âme. A la manière de Mouton Rothschild qui avait fait appel à des artistes pour dessiner les étiquettes de ses prestigieuses cuvées, Yvon m’a demandé si j’accepterais de dessiner son étiquette.

Instantanément, je lui ai répondu « jamais de la vie ». Je ne suis pas graphiste.

Yvon a insisté ; pour lui, c’était important que je participe à cette aventure humaine.

Tu ferais quoi m’a-t-il demandé ? Moi qui ai toujours quinze idées à la minute, je lui ai répondu du tac au tac que j’aimerais sculpter sa bouteille… Voilà comment est née l’idée de notre collaboration.

Ca n’avait encore jamais été fait. Et pour cause, c’était un véritable défi à la fois technique et financier, d’autant que je ne voulais aucune étiquette sur la bouteille et qu’il fallait trouver une solution pour les mentions obligatoires imposées par la loi.

Avant de donner définitivement mon accord, j’ai souhaité rencontrer Olivier, l’associé d’Yvon et visiter le domaine viticole pour m’imprégner du terroir. Et là, j’ai définitivement craqué.

Les vignes sont magnifiques et Olivier est l’un des personnages les plus poétiques que j’ai rencontré de toute ma vie !

Cela nous a pris plusieurs mois avant de valider le projet final. Il y a eu des moules en latex, puis en plâtre avant celui en bronze qui reprenait chaque trait de mon travail. Et aujourd’hui, la bouteille est là et j’en suis très fière».

Pour en savoir plus sur Ara Starck, cliquez ici.