Goutte-à-goutte

      C’est dans les paysages rocailleux de Saint-Alexandre, dans le Gard, que naît une histoire, celle d’un vin fort en caractère à l’image de sa garrigue natale. Le principal défi à relever dans ce cadre sauvage reste l’aridité des sols et le manque d’eau. Pour palier à ce problème, nous avons récemment mis en place un système de goutte-à-goutte, qui a vu le jour après plusieurs semaines de travail. 

Pourquoi avoir fait le choix du goutte-à-goutte ? 

      Dans un premier temps, ce système permet d’économiser une grande quantité d’eau grâce à un système réglé de façon précis et bien moins gourmand en eau qu’un arrosage classique. Cette nouvelle installation garantit une production plus respectueuse de l’environnement et donc, ancré dans son époque. De plus, cette méthode nous permet de gagner du temps, et par conséquent, de pouvoir nous consacrer sur le développement d’autres aspects de la production  et de la vente (vendanges, taille, mise en bouteille, commercialisation...)

Comment ce système a-t-il été mis en place et comment fonctionne-t-il ? 

      Cet aménagement est d'un fonctionnement relativement simple : il consiste en un tuyau pré-percé à intervalles réguliers (l'écart de deux pieds de vigne) permettant d’apporter une quantité continue et contrôlée d’eau directement aux pieds de nos vignes. Il s'agit aujourd'hui du système d'irrigation le plus précis et le plus économe en eau, permettant ainsi de subvenir aux besoins de la vigne et non pas des mauvaises herbes entre les rangs. Aussi, ce système permet de fortement réduire l'évaporation.

      Quant à son installation, elle a été longue et coûteuse, en temps, en énergie et évidemment financièrement. Cependant, sur le long terme, ces précieux apports en eau nous permettent de maintenir une production convenable de 15hl/ha (à savoir que la production maximale autorisée est de 55hl/ha).

 

*Nous pouvons observer Julien CHATEAU sur la page de couverture en train d'ouvrir les tranchées où passeront les tuyaux d'alimentation principaux.

 

Sacha SOBOLAK

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published